Monsieur Gayant de Douai

Fête à laquelle le géant est associé : Fêtes de Gayant, les dimanche, lundi et mardi qui suivent le 5 juillet

Caractéristiques du géant

Adresse où le géant est conservé :
Maison des géants
Rue de Lambres – 59500 Douai

Le géant est-il visible en dehors de ses sorties ?
Le géant est visible à la maison des géants lors des visites organisées par l’office du tourisme de Douai.

Les autres géants de la ville : Madame Gayant (Marie Cagenon), Jacquot, Fillon et Binbin.
Le géant est-il porté ? Oui.
Par combien de personnes ? Six personnes.
Que représente le géant ? Gayant représente un chevalier, un guerrier. Madame Gayant est son épouse. Ils ont trois enfants : Jacquot, Fillon et Binbin. Les parents de la famille Gayant sont aussi appelés « les grandes figures » et les enfants « les petites figures ».
Description générale du géant : Gayant est le plus grand et un des plus connus des géants du Nord de la France. C’est aussi un des plus anciens. Les fêtes de Gayant ont été proclamées chefs d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2005 et depuis 2008 les fêtes de Gayant sont inscrites sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre des géants et dragons processionnels de Belgique et de France.

Gayant et sa famille, Douai. Souvenir du concours international de 1869 dimensions : 30 x 49 cm technique : gravure

Comment se monte le géant

La famille Gayant a sa propre maison, rue de Lambres où les géants demeurent à longueur d’année. Ils sont remisés déshabillés. Quand ils sont démontés, c’est pour des restaurations.

Détails du géant

Le visage de Monsieur Gayant avec sa moustache sculptée.
L’épée de Monsieur Gayant en bois peint et doré à la feuille.
Le bouclier de Monsieur Gayant avec l’initiale de Douai.
La cape est maintenue par deux bijoux reliés par une cordelette dorée.
Le gantelet de la main droite qui tient la lance.
La cape rouge est bordée de noir.
La boucle de la ceinture dorée à la feuille
Le plumet du heaume et le drapeau en haut de la lance avec l’initiale de Douai.
L’ouverture dans la jupe du géant ou la « fenêtre » des porteurs.
La cote de mailles est réalisée par une peinture en trompe-l’œil.

Fiche technique

La partie basse du géant est un « panier » à structure en bois recouverte d’osier qui donne la forme de la jupe. La partie supérieure de Gayant (le buste et l’arrière de la tête) est également en bois et osier recouvert de simili cuir peint évoquant la cuirasse du chevalier. Le visage est en carton peint.
Le géant n’est jamais démonté, sauf pour réparations ou maintenance.
En dehors des fêtes de Gayant, le géant est stocké debout, déshabillé dans la maison des géants.

Dimensions

Hauteur réelle du géant non porté : 8,50 mètres en haut de sa lance.
Diamètre à la base : 2,40 mètres
Poids : 370 kgs

Matériaux et techniques utilisés

Structure

Osier / rotin : Oui, vannerie sur une ossature en bois. La base en bois est renforcée d’un cercle d’acier.

Tête

Carton pâte : Oui

Cheveux

Sculptés : On ne voit pas ses cheveux. Seules la moustache et la barbichette sont sculptées et peintes.

Coiffure, chapeau, couronne

Description : Gayant porte un heaume en simili cuir avec des décors en corde dorée et surmonté d’un plumet blanc.

Bras

Osier tressé : Oui.

Mains

Carton pâte : Oui.

Costume

Description : Gayant porte une cuirasse avec un heaume surmonté d’un plumet. Il a une cape rouge bordée de noir sur les épaules. Ses mains sont gantées. Il tient à la main droite une lance au sommet de laquelle est fixée un fanion aux armes de la ville de Douai. Il porte une épée au côté gauche et un bouclier à la main gauche. Le bouclier est orné de la lettre initiale « d » de la ville de Douai.

Le géant porte-t-il des accessoires ? Oui, le géant tient une lance dans la main droite et un bouclier à la main gauche

Système de portage

Le géant danse. Il est porté sur les épaules de six porteurs qui égalisent leurs différences de taille en plaçant des cales en bois sous les barres de portage. On appelle chef de lunette le porteur placé devant et qui voit par l’ouverture pratiquée dans le panier et la jupe du géant. À l’arrière, le brigadier a aussi un rôle important. C’est lui qui commande aux manœuvres.

Si le géant doit sortir dans une autre commune, comment est-il transporté ? C’est très rare que Gayant se déplace hors de la ville de Douai. Dans ce cas, c’est un convoi exceptionnel qui transporte une énorme caisse aux mesures de Gayant, comme par exemple lorsqu’il est venu à Lille en 1982 pour le cinquantenaire du beffroi de Lille.

État du géant

Gayant est en parfait état. Des membres de la famille Gayant sont chargés de veiller au bon état des géants. La maintenance est assurée d’année en année, les travaux de restauration programmés pour que les géants soient toujours en parfait état pour les fêtes de Gayant en juillet. Ces travaux sont effectués par des artisans d’art de Douai ou des environs et pris en charge par la ville.

Date de création, de restauration du géant

Depuis le 16e siècle, les géants de Douai n’ont jamais vraiment disparu malgré les conflits et les aléas de l’histoire. La famille Gayant est de nombreuses fois ressuscité de ses cendres. Monsieur Gayant comme Madame Gayant ont été recréés en 1954, grâce aux dommages de guerre, après leur destruction pendant la deuxième guerre mondiale. Ce fut l’œuvre de Camille Minotti alors professeur à l’école des Beaux Arts.

  • 1530 : naissance de Gayant
  • 1531 : naissance de Madame Gayant, née Marie Cagenon
  • 1667 : Monsieur et Madame Gayant accueillent Louis XIV et la reine Marie Thérèse
  • 1720 : Monsieur et Madame Gayant ont une fille et deux garçons
  • 1770 : l’évèque d’Arras supprime la procession
  • 1776 : les douaisiens ressuscitent la famille des géants
  • 1792 : suppression des géants pendant la révolution française
  • 1802 : la famille Gayant réapparaît avec trois enfants
  • 1914 et 1944 : la famille Gayant et sa maison sont détruites à chaque conflit
  • 1947 : reconstitution de Binbin, puis de Jacquot et Fillon aprés leur destruction pendant la guerre. En 2013, ce sont toujours ces mêmes géants avec la même apparence qui dansent aux fêtes de Gayant
  • 1954 : résurrection de Monsieur et Madame Gayant : ce sont les géants que l’on connait en 2013
  • 1980 : Gayant fête ses 450 ans
  • 2005 : les fêtes de Gayant ont été proclamées chefs d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2005
  • 2008 : les fêtes de Gayant sont inscrites sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre des géants et dragons processionnels de Belgique et de France

Le géant actuel a été créé en 1954 à l’initiative de la ville de Douai.

Qui a créé le géant ? En 1954, c’est Camille Minotti, professeur à l’école des beaux arts qui a recréé Monsieur Gayant et Madame Gayant.

Qui a réalisé le costume du géant ? En 1954, c’est l’œuvre de la maison « Aux fabriques françaises » de Douai.

Histoire de la création du géant et de sa fête

Date d’émergence du géant (le premier du nom) : En 1530, un gayant (géant en picard) est attesté dans les comptes de la ville de Douai. On ne sait pas s’il avait déjà l’apparence du géant actuel. Depuis, le nom de Gayant lui est resté.

Date de création du géant actuel : 1954.

Dans quel but le géant a-t-il été créé ? Gayant a été recréé en 1954. Il avait été détruit par les bombardements.


La famille du grand gayant de Douai, 1780 de Louis Joseph Watteau.
Ce tableau est présenté au Musée de la Chartreuse de Douai.

Au même endroit, sur la place d’Armes de Douai, les Gayants en 2013.
Photo : Richard Mariencourt

Comment l’idée est-elle venue ? Afin de maintenir la tradition des Gayants et de leur fête à Douai.
Existe-t-il d’autres géants dans la localité ? Oui, dans la famille Gayant il y a aussi Madame Gayant (Marie Cagenon), et les enfants Fillon, Jacquot et Binbin.
Lesquels ? En dehors de la famille Gayant, il y a les géants Roselyne et Kevin du Faubourg de Béthune de Douai et P’tit Jehan de l’association régionale pour l’art campanaire (ARPAC). Ce petit géant accompagne le carillon ambulant de Douai.
Date de la première sortie du géant : Le 16 juin 1530, un gayant fait partie de la procession en l’honneur de saint Maurand à Douai. Le géant actuel a participé aux fêtes de Gayant en 1954.
Est-ce la première représentation gigantesque du personnage ? Non. La famille Gayant a été plusieurs fois détruite et reconstituée au fil des siècles.
Existe-t-il des documents ? Oui, des documents existent aux archives municipales de la ville de Douai ainsi qu’au musée de la Chartreuse.
En 1954, un film « Gayant, renaissance des géants douaisiens » en noir et blanc a été réalisé par Maurice Lefebvre relatant la reconstitution de Monsieur et Madame Gayant, détruits pendant la guerre. On y voit Camille Minotti sculpter la tête du géant et le travail des différents artisans qui ont participé à cette renaissance des géants aprés la guerre. Le film se termine par l’apparition des géants et leur découverte par les douaisiens.


Monsieur Gayant précédé du tambou
Monsieur et Madame Gayant, carte postale ancienne.
La famille Gayant.
Gayant passe sous les fils du tramway.
Pour les fêtes de Gayant de 1933, la commune libre de Gayantville a créé des petits géants à l’effigie des Gayants.
La famille Gayant à Valenciennes au début du 20e siècle.
La famille Gayant. Carte postale postée en 1907.
Image extraite du film de 1954 relatant la reconstitution des géants et conservé aux archives municipales de Douai.

Que représente le géant ?

Y a-t-il un fait historique en relation avec le géant ? Des faits historiques se mêlent à la légende pour expliquer l’origine des géants de Douai. Ainsi, en 1479, des assaillants français auraient été repoussés grâce à l’intervention de saint Maurand protecteur de la ville de Douai. Les habitants décident alors qu’une procession aurait lieu chaque 16 juin pour remercier le saint de son intervention. En 1530, la corporation des manneliers construit un géant en osier pour la procession. On ne sait pas ce qu’il représentait à l’époque. Ce personnage plaît tellement aux douaisiens que les échevins décident qu’il sera entretenu aux frais de la ville et qu’il sortira tous les ans à la procession. En 1531, la corporation des fruitiers fait fabriquer une géante. On ne connaît pas non plus son apparence mais on sait que c’était déja la femme du gayant (géant en picard).

Y a-t-il une légende en relation avec le géant ? Oui, de nombreuses légendes ont imaginé l’origine des Gayants.

Y a-t-il plusieurs versions ? De nombreuses versions existent, qu’il s’agisse d’un fait héroïque, du souvenir d’un miracle, d’une implantation espagnole en sol flamand par Charles Quint, ou d’un être gigantesque qui aurait habité une tour aux premiers temps de la ville de Douai. Mais, la plus connue est la légende de Jehan Gelon, seigneur de Cantin qui serait venu au secours des habitants de Douai assiégés par les Normands. Doué d’une force gigantesque, par son courage et sa détermination, il met en déroute les assaillants. En fuyant, les normands détruisent son château et massacrent les femmes. Les Douaisiens, reconnaissants, le géantifièrent. La légende dit aussi qu’un souterrain reliait la tour de Douai au château de Jehan Gelon…

Y a-t-il de la documentation ? Le livre de Théophile Denis « Qu’est-ce que Gayant ? » paru en 1862 à Douai tente de faire le point entre les différentes versions légendaires de l’origine des Gayants. En 1934, l’ouvrage « En écoutant les carillons » de René Herval évoque aussi ces légendes.

La vie du géant : qui fait vivre et danser le géant ?

La fête du géant : pratiques et rituels

Date de sortie traditionnelle du géant dans sa commune : Les dimanche, lundi et mardi qui suivent le 5 juillet.

Nom de la fête à laquelle participe le géant : Les fêtes de Gayant.

Programme et description : La présence des géants et les rigodons durant trois jours constituent l’essentiel de la fête. Mais elle commence une semaine avant et se termine une semaine plus tard. Durant ces quinze jours, des animations et spectacles se succèdent, des jeux traditionnels mais aussi des concerts de carillon, des concerts de musique variées, du rock à la musique classique, des spectacles de danse et des spectacles de rue, des balades nocturnes et insolites, un critérium cycliste, des spectacles et animations pour les enfants (festival des binbins), des manifestations sportives, une brocante nocturne, une exposition photographique et la grande fête foraine de la place du Barlet. Ces festivités s’achèvent par la retraite aux flambeaux, les régates à l’aviron et le feu d’artifice du 14 juillet.

Les trois jours où les géants sont à la fête :

– Le dimanche matin, les géants au son des tambours, le sot des canonniers et la Roue de la Fortune sortent de leur maison rue de Lambres et se rendent à la Mairie. Dans la cour de la Mairie, la foule et les personnalités attendent les géants pour les rigodons, les baisers à Binbin… L’air de Gayant est joué par l’harmonie. Il y a aussi une cérémonie dans l’hôtel de ville avec tous les membres et acteurs (porteurs, quêteurs, chefs de protocole, habilleurs…) de la famille Gayant en présence du Maire de Douai, de conseillers et de personnalités.

– Le dimanche après-midi se déroule le cortège folklorique avec les petites figures : Binbin, Jacquot et Fillon qui ouvrent le défilé suivis de la Roue de la Fortune et de la calèche de M. le Maire, puis des groupes extérieurs invités à figurer dans le cortège. Les grandes figures, Monsieur et Madame Gayant vont, à leur rythme, directement s’installer place d’Armes face à la tribune officielle. Ils fermeront le cortège.

– Le lundi matin, Monsieur et Madame Gayant déambulent au son du tambour et vont jusqu’ à la place d’Armes et dans le centre ville. En 2013, ils ont honoré l’exposition « Figures de Gayant » à la photothèque Augustin Boutique-Grard qui conserve le fonds du photographe Augustin Boutique, composé de photos du début du 20e siècle, notamment les fêtes Gayant… Les enfants Jacquot, Fillon et Binbin se promènent dans le centre ville et dans les quartiers.

– Le lundi après-midi, les grandes figures continuent à animer le centre ville (le p’tit bal des tiots gayants à 19h) jusque la « petite rentrée », le soir, rue de Lambres.

– Les petites figures continuent leur promenade dans le centre ville et les quartiers et rencontrent les enfants au festival des Binbin. Ensuite ils rejoignent les grandes figures pour le petit bal des tiots Gayants. Puis c’est la « petite rentrée » rue de Lambres, le soir.

– Le mardi matin et après-midi, Monsieur et Madame Gayant sont à nouveau dans le centre ville et ils ont rendez-vous avec les commerçants pour arriver vers 20h30 à la place d’Armes où ils sont rejoints par Binbin, Jacquot, Fillon et le sot des canonniers, pour la rentrée traditionnelle à la maison des géants, rue de Lambres. Jacquot, Fillon et Binbin vont place d’Armes le matin et rendent visite aux personnes âgées en maison de retraite. L’après-midi, c’est la promenade à travers la fête foraine, puis le retour vers la place d’Armes pour la rentrée traditionnelle avec la famille Gayant au grand complet

Le géant marche-t-il en tête du cortège ? Les fêtes de Gayant durent trois jours pour les géants, et il y a donc des promenades, un cortège le dimanche, dans lesquels les géants ont un rôle différent… Voir ci-dessus le programme des trois jours de Gayant.

Le géant est-il accompagné d’un groupe de musiciens ? Non, Monsieur Gayant est accompagné d’un tambour.

Y a-t-il un air du géant ? L’air de Gayant est joué le dimanche matin dans la cour de l’hôtel de ville. L’accompagnement musical caractéristique de Gayant est le tambour au son duquel le géant danse le rigodon.

Y-a-t-il une danse, un pas de danse du géant ? Oui, le rigodon.


Le géant sort-il de sa commune ? Non, sauf à de rares exceptions.

Arrivée à Lille, en 1982, des Gayants conditionnés dans des caisses sur mesure pour leur transport.
La famille Gayant était invitée pour fêter le cinquantenaire du beffroi de Lille
La famille était au grand complet pour cette sortie exceptionnelle
Monsieur et Madame Gayant devant la tribune officielle sur la place de l’Hôtel de Ville de Lille.

Si non, s’agit-il d’une opposition de principe ou d’une autre raison, laquelle ? Pour que le géant sorte en dehors des fêtes Gayant à Douai il faut une décision officielle prise par la ville. « Gayant, c’est Douai » et donc lorsque le géant sort de sa ville c’est pour représenter Douai et ses habitants. Par exemple, Gayant est allé à Paris, en novembre 2001, pour manifester et s’opposer à la fermeture du 58ème RA aux côtés d’un millier de douaisiens.

Y a-t-il d’autres éléments autour du géant… Un groupe costumé… Cheval jupon… Masques… Grosses têtes… La famille Gayant est composée des géants et du sot des canonniers ou baudet décarroché (cheval-jupon) et de la roue de la fortune, char tiré par un cheval.

La Roue de la Fortune

La Roue de la Fortune est le dernier élément existant des différents chars qui accompagnaient traditionnellement le cortège de Gayant.
Ces chars représentaient généralement les scènes bibliques, de l’Antiquité romaine ou des allégories du Moyen Âge.
La première trace que l’on ait de la Roue de la Fortune remonte à 1676. Ce char se compose de six personnages : un collecteur d’impôts, un paysan, un procureur, un espagnol, une fille de joie et un militaire suisse.
Lorsque le char avance, tiré par un cheval, un plateau incliné sur lequel sont disposés les personnages en cercle, se met à tourner. Ils se retrouvent chacun leur tour devant une femme aux yeux bandés symbolisant la Fortune. Ce char était l’emblème de la corporation des charrons et tonneliers.


Le Sot des Canonniers

Le Sot des Canonniers, appelé aussi « l’ baudet décaroché » est une figure dont on retrouve les traces dès 1577. Il s’agit d’un cheval-jupon en osier qui est porté par un homme qui prend la place du cavalier. Ce dernier est habillé tel un fou du Moyen Age. Quant au cheval, il est généralement couvert d’un drap rouge et vert. Lors du défilé son rôle est double : d’une part, il fait rire les spectateurs notamment grâce à ses ruades, d’autre part, il a pour mission d’écarter la foule qui se mettrait sur le chemin des géants.

Y a-t-il des pratiques associées au géant, des rituels ? Oui, la famille Gayant est une corporation avec ses pratiques traditionnelles, sa hiérarchie, sa transmission des charges et des fonctions à caractère familial, autant de pratiques propres à la famille Gayant et dont l’origine remonterait à la corporation des manneliers et des fruitiers du 16e siècle. La famille Gayant est organisée et structurée bien qu’il n’existe pas de statut juridique écrit. Ce mode de fonctionnement est caractéristique de la famille Gayant.

– les rigodons
– l’appellation « les petites figures  » et « les grandes figures »
– « faire Gayant »
– « Gayant, c’est notre grand-père à tous »
– « Nous, les enfants de Gayant »
– les « vints’ d’osier » comme se désignent les douaisiens
– le « baiser à Binbin »
– les enfants se glissent sous les jupes des géants
– le tour des estaminets avec les géants
– les petites figures et surtout Binbin qui cherchent à entrer dans les cafés
– la quête et ses quêteurs
– la famille Gayant, corporation avec ses pratiques traditionnelles. Le terme « Famille Gayant » s’emploie pour désigner les personnes qui la constituent aussi bien que pour désigner la famille des géants douaisiens
– les trois tenues de Binbin, une pour chaque jour des fêtes Gayant
– le rituel de la rentrée des géants et son jeu
– le Sot des Canonniers qui emmène en croupe des jeunes filles ou des enfants le temps d’une danse
– les petites figures qui visitent les anciens à la maison de retraite et les enfants au centre aéré le mardi

Y a-t-il une affiche, un programme édité tous les ans ? Oui.

Qui s’occupe de préparer le géant pour la fête ? En lien avec la mairie, trois personnes de la famille Gayant sont spécialement en charge de la maintenance et de la préparation des géants.

Comment se fait la transmission des savoir-faire ? Sans eux et leurs solides épaules, Gayant ne serait pas ce qu’il est. « L’humanité » de Gayant et celle des porteurs sont indissociables. Sa légèreté apparente, sa démarche souple et cadencée, ses rigodons, tout ce dont les Douaisiens sont si fiers n’existerait pas sans les porteurs. Imaginerait-on un Gayant sur roulettes ? Dès la fin du 19e siècle, les porteurs se recrutaient chez les portefaix de la rue Bra, hommes solides et endurants. Le recrutement a toujours été fondé sur les liens de famille, il l’est encore aujourd’hui. C’est une communauté fière, aux règles et coutumes rigoureusement définies, tout comme sa hiérachie.
On débute toujours comme quêteur, puis remplaçant porteur, porteur, chef de lunette avant, chef de lunette arrière. Le grade suprême de chef du protocole est attribué aux deux hommes qui ont été reconnus chefs grâce à leur sagesse, leur profonde connaissance de la tradition et leur forte autorité. Ce texte écrit en 1931 par Monsieur de Bailliencourt, président des Amis de Douai reste pertinent en 2013.

Le géant est-il marié, avec qui ? Oui, avec Madame Gayant.

Quand ? En 1531, la corporation des fruitiers fait fabriquer une géante qui deviendra la femme du gayant. On l’appellera par la suite Madame Gayant.

Le géant a-t-il des enfants ? Oui.

Noms des enfants ? Jacquot, un garçon, Fillon, une fille et Binbin, un garçon.

Dates de naissance ? En 1720 pour les trois enfants.

Existe-t-il des expressions locales à son sujet, des anecdotes ? Le nom de Gayant est utilisé dans toute l’agglomération comme par exemple la résidence Gayant, le collège Gayant, Gayant expo, une variété d’ail local…

L’association du géant, les porteurs et les acteurs de la fête

Nom de l’association : La Famille Gayant. La famille Gayant n’est pas constituée en association. C’est une corporation, la corporation des porteurs et des quêteurs de la Famille Gayant, sans statut, gérée par la ville. Cette corporation serait issue des anciennes corporations des manneliers et des fruitiers qui sont à l’origine de la création des gayants au 16e siècle. La Famille Gayant est composée de :
– le président d’honneur ( le Maire de Douai en 2013)
– le président
– 2 administrateurs
– 2 chefs de protocole
– 21 porteurs
– 24 quêteurs et un chef quêteur
– 2 tambours
– et 4 personnes pour l’habillement des géants.

Les porteurs

Sont-ils bénévoles ? Oui.

Sont-ils indemnisés ? Oui, ils ont une indemnité d’habillement.

Y a-t-il une collecte ? Oui.

Comment et quand se déroule-t-elle ? Les quêteurs de la famille Gayant quêtent dans les rues de Douai et chez les commerçants les dimanche, lundi et mardi. Depuis des dizaines d’années, une carte de remerciement est distribuée aux donateurs. Le produit des quêtes est redistribué au sein de la Famille Gayant.

Comment se fait la transmission du portage du géant ? On entre dans la Famille Gayant par un lien de parenté, fils, frère, beau-frère, gendre, cousin. Sinon, on peut s’inscrire sur une liste d’attente (il arrive souvent que des pères inscrivent leurs fils encore enfant sur cette liste). Quand une place se présente, le choix se fait en priorité parmi les personnes ayant un lien de parenté avec un membre de la famille Gayant. Toutefois, il arrive qu’une personne inscrite sur la liste d’attente et n’ayant aucun lien de parenté entre dans la famille Gayant. Lorsque cette opportunité se présente, la personne doit être « en âge et motivée » et agréée par le comité. On débute comme quêteur pendant un an et aprés des essais de portage, on peut devenir porteur remplaçant puis porteur…

Recto du carton de remerciements remis aux donateurs lors de la quête.
Verso du carton de remerciements remis aux donateurs lors de la quête.

Les évènements dans la vie du géant

  • 1910 : La famille Gayant participe à « la marche des géants » à Valenciennes.
  • 1938 : Le Touquet, les Gayants se déplacent au congrès des géants du Nord, fêtes du folklore.
  • 1947 : reconstitution de Binbin puis, de Jacquot et Fillon aprés leur destruction pendant la guerre. En 2013, ce sont toujours ces mêmes géants avec la même apparence qui dansent aux fêtes de Gayant.
  • : résurrection de Monsieur et Madame Gayant aprés leur destruction pendant la guerre : ce sont les géants que l’on connait en 2013.
  • 1980 : Gayant fête ses 450 ans.
  • 1982 : Les Gayant se rendent à Lille pour fêter le cinquantenaire du beffroi de Lille.
  • 1985 : La famille Gayant voyage à Recklinghausen pour fêter le 20ème anniversaire du jumelage de cette ville allemande avec Douai.
  • 1988 : Gayant au stade de foot de Lens pour la coupe du monde de football.
  • 2001 : Gayant est allé à Paris pour manifester son opposition à la fermeture du 58ème RA aux côtés d’un millier de douaisiens.
  • 2005 : Les fêtes de Gayant ont été proclamées chefs d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité.
  • 2008 : Les fêtes de Gayant sont inscrites sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre des géants et dragons processionnels de Belgique et de France.
  • 2013 : Le géant Binbin a été présenté au Louvre-Lens dans le cadre de l’exposition « Le temps à l’œuvre ».
  • 2014 : Gayant est invité à fêter les 300 ans du parlement de Do

Sauvegarde et mise en valeur du géant et de sa fête

Actions de sauvegarde et de mise en valeur…
Tous les ans, les géants sont vérifiés, examinés et entretenus : la structure en bois, la vannerie, les vêtements, la peinture…
Il existe un plan pluri-annuel de sauvegarde des géants pour les gros travaux qui demandent un investissement important et une programmation au budget de la ville.

Détails de la structure en bois et de la vannerie en osier de Monsieur Gayant.

En 2005, les fêtes de Gayant ont été proclamées chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. En 2008, les fêtes de Gayant sont inscrites sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité au titre des géants et dragons processionnels de Belgique et de France.
La reconnaissance par l’Unesco en 2005 a valorisé ce patrimoine exceptionnel. Mais bien avant 2005, la ville de Douai, la famille Gayant et les douaisiens ont œuvré à la sauvegarde et à la pérennité des fêtes de Gayant et leurs géants.

Touristique ? Depuis quelques années, pour découvrir la famille Gayant, des visites commentées sont organisées à la maison des géants par l’office de tourisme et la ville de Douai qui propose aussi le festival des binbins pendant trois jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *