Bougeons et restaurant
 

Le nombril d'un artiste

Votre araignée a donc toujours les pattes en l'air dans votre cerveau me dit un jour un homme après un spectacle de magie. Quoi, lui dis-je, est-ce bien le pontife souverain de ce grand théâtre dans son nec le plus ultra, qui me parle ainsi ? Alors c'est vrai que vous croyez que j'ai une araignée dans le plafond ? Je ne peux pas en croire mes oreilles. Vous oubliez que je suis un être incommensurable, j'ai vécu depuis tant d'années en tant que magicien pour enfants que je ne me rappelle plus mes origines. Tout ce que je sais, c'est que je crois que je n'ai jamais commencé, et que je ne finirai jamais. Mourir, ça c'est bon pour les simples mortels, mais non pour une puissance infinie ! Un jour, je quitterai seulement la France et l'étranger.

Mais, ce jour-là, ce sera un cataclysme effroyable, le soleil se voilera la face pendant quarante-huit heures, les volcans cracheront du feu et des gaz empoisonnés. La mer se retirera à 200 kilomètres du rivage, la lune sera éclipsée, mon corps se dégonflera comme une vieille vessie et en guise de couronne, on me mettra du persil dans les narines comme à une vulgaire tête de veau et cela sera comme une marionnette. Ce sera déjà épouvantable, mais voici le comble. Toutes les boîtes de sardines  éclateront dans un bruit de tonnerre, l'huile se répandra dans la ville, qui sera complètement inondée et même qu'on se promènera dessus avec des gondoles, comme à Venise.

Je VOUS le dis, ce sera une catastrophe de guignol sans précédent !
« Ah ! dire qu'il y a des gens qui méconnaissent la supériorité suprême du magicien. Un imbécile de l'académie française, entre autres ! Croyez-vous que ce méprisable individu s'est permis, dans son dictionnaire d'écrire : Prestidigitateur, voyez escamoteur, faiseur de tours de passe-passe, bateleur, histrion, marchand d'orviétan.

 
 

Salle de spectacle

Et si on poussait la porte d’un établissement ou se passe un spectacle. Cela peut-être un restaurant ou un magicien close-up amuse les clients ou simplement un cabaret qui ne change pas sa ligne de conduite depuis des lustres. Il faut oser se projeter dans ces lieux de fête. Ne pas rester coincer tout seul dans son coin. En un mot, il faut bouger de tout son corps.